834 000 $ pour mieux restaurer les sites miniers

834 000 $ pour mieux restaurer les sites miniers

Les chercheurs en environnement minier de l’UQAT pourront mener à bien trois importants projets destinés à améliorer la restauration des sites miniers, en particulier dans les milieux nordiques.

Dans le cadre du Programme de recherche en partenariat sur le développement durable du secteur minier, le Fonds de recherche du Québec – Nature et technologies (FRQNT) a octroyé à l’Institut de recherche en mines et environnement UQAT-Polytechnique (IRME) trois subventions à cet effet totalisant 834 000 $, un montant auquel viendront s’ajouter les contributions de partenaires industriels.

Drainage acide en milieu nordique

Piloté par les professeurs Carmen Mihaela Neculita et Benoît Plante, de l’UQAT, le premier projet se consacrera à accroître l’influence du climat nordique sur le comportement du drainage minier acide.

D’une durée de trois ans, cette étude sera réalisée à la mine Raglan et bénéficiera de 300 000 $ du FRQNT, auxquels Glencore Canada Mine Raglan incorporera 45 000 $. En plus de mieux prédire l’efficacité du traitement passif du drainage minier, cette recherche favorisera éventuellement la mise en valeur des ressources minérales dans le Nunavik et dans le Nunavut.

Restauration et écosystèmes

Grâce à une subvention de 300 000 $ combinée à 60 000 $ provenant de plusieurs partenaires industriels de l’IRME, le professeur Bruno Bussière, titulaire de la Chaire industrielle CRSNG-UQAT sur la restauration des sites miniers, évaluera l’efficacité à court et à long terme des méthodes de restauration actuelles lorsqu’intégrées dans l’écosystème environnant. Eux aussi d’une durée de trois ans, les travaux seront réalisés en majeure partie chez Agnico Eagle et Iamgold.

Mines profondes plus sécuritaires

Le troisième projet, toujours d’une durée de trois ans, sera dirigé par le professeur Li Li de Polytechnique Montréal. Il sera notamment épaulé par trois collègues de l’UQAT, soit Mostafa Benzaazoua, Bruno Bussière et Mamert Mbonimpa. L’équipe bénéficiera d’une subvention de 234 000 $ et de 60 000 $ de partenaires industriels.

Réalisée en collaboration avec Agnico Eagle et Iamgold, la recherche visera à mieux comprendre le comportement des remblais cimentés avec les structures rocheuses pour réduire les risques associés à la conception de barricades et de chantiers remblayés dans les mines de grande profondeur.

Laisser un commentaire