Chibougamau ouverte à accueillir des réfugiés syriens

Chibougamau ouverte à accueillir des réfugiés syriens

Plusieurs acteurs de la ville de Chibougamau sont prêts à accueillir des réfugiés syriens, bien que la municipalité nordique ne figure pas sur la liste des 13 villes québécoises chargées de recevoir les familles syriennes.

La mairesse de Chibougamau, Manon Cyr, se dit ouverte à accueillir des réfugiés syriens, mais lorsque la ville sera prête à en recevoir.

« Je suis ouverte à tous les citoyens du monde, mais il faut d’abord qu’on ait les infrastructures pour les loger », explique Mme Cyr. Rappelons que le taux d’inoccupation des logements à Chibougamau est quasiment nul, d’où le projet de développement résidentiel du chemin Merrill.

La mairesse ajoute aussi qu’elle fait confiance à «l’ouverture de notre population» dans ce dossier, bien qu’elle puisse comprendre les craintes par rapport à plusieurs situations dans le monde.

Le propriétaire de l’hôtel Chibougamau ainsi que du Motel Harricana, René Savage, pourrait aussi mettre la main à la pâte, si de nouveaux arrivants avaient besoin d’un toit, en offrant les chambres de l’Harricana à un cout abordable. «Je suis prêt à m’assoir avec les instances provinciales et fédérales si jamais on reçoit des gens rapidement. Je pense qu’on serait gagnant d’intégrer des gens de l’extérieur dans notre belle région», soutient-il.

L’homme d’affaires rappelle, qu’à court terme, il peut être difficile de se loger pour les immigrants, étudiants et nouveaux travailleurs à Chibougamau. «Les Syriens qui ont vécu dans le misère viennent ici pour avoir une meilleure vie», souligne-t-il. Son offre ne tient toutefois pas uniquement aux réfugiés syriens.

Le directeur de l’organisme Via Schola, Guy Bussugu-Bisselu, croit que la ville pourrait facilement accueillir quatre ou cinq familles syriennes. «Il faut rediriger les Syriens qui arrivent à Montréal vers les régions. Le taux de chômage est plus élevé là-bas et, ici, il y a la décroissance démographique à contrer», croit-il. M. Bussugu-Bisselu précise cependant que l’objectif de son organisme de faire venir 500 immigrants d’ici 2018 n’inclut pas de Syriens.

Rappelons que le premier ministre, Justin Trudeau, a promis d’accueillir 25 000 réfugiés syriens au Canada d’ici février. Le Gouvernement du Québec a, de son côté, l’intention d’en avoir plus de 7 300 d’ici les deux prochaines années. De ce nombre, 5 500 seront parrainés. Plusieurs réfugiés arrivent déjà chaque semaine au Québec depuis que le conflit a éclaté en Syrie.  

Laisser un commentaire