Chou dans la campagne irlandaise

Chou dans la campagne irlandaise

Marie-Claude Duchesne.

Par Marie-Claude Duchesne, bachelière en histoire.

(Chou est né à Bruxelles, d’une Jamésienne et d’un mauvais jeu de mots. Un peu ridicule, un peu drôle, parfois discret, souvent impertinent, elle le traine partout dans son sac à dos.)

Caherciveen est un petit village au sud de l’Irlande. Tranquille, simple. En marge des circuits très touristiques du comté de Kerry. Aujourd’hui, Chou s’éparpille en campagne.

C’est Chou qui nous mena là. Dans le village voisin avait lieu un festival en l’honneur d’une icône du cinéma muet : un vagabond au chapeau melon, pantalons trop grands et petite moustache… Excusez-moi si son nom m’échappe… Sitôt arrivés, cap sur Waterville, pour le « (Illustre inconnu) Comedy Film Festival ». Le thème de cette année : Circus. La petite station balnéaire est décorée de fanions noirs et blancs. Partout, les gens sont habillés à la mode des années 1920. Du charleston résonne partout en ville. Les enfants portent tous de petites moustaches et des chapeaux melon. Musique, danse, projections de films, spectacles de cirque. Ça fait du bien de sortir des attrape-touristes et de voir du vrai monde.

De retour à Caherciveen, on nous conseille une randonnée de quelques kilomètres. Pourquoi, pas ? Caherciveen, c’est le Chapais de l’Irlande : un endroit exotique à découvrir ! C’est parti pour 12 km de marche sur les chemins de campagne. Ça aura pris 15 minutes… 15 minutes et Chou a déjà « volé » un chien. B-R-A-V-O. Marie-Pierre – de son surnom – nous suivra malgré nous toute la journée.

Premier arrêt : le château de Dracula !… Ou presque. Sombre, glauque, au bord de l’effondrement. Ballycarberry, immense ruine de 600 ans, trône au milieu d’un pré. Nous sautons la clôture pour approcher. C’est splendide, on se croirait dans un roman gothique ! Difficile de rester longtemps toutefois, Marie-Pierre aboie contre les vaches, qui sont de plus en plus nombreuses à approcher. Ça y est, elles sont 10 autour de nous. Ça commence à être intimidant. Merci Marie-Pierre.

Deuxième découverte en chemin : Fort Leacanabuaile. (Bonne chance pour la prononciation!) Une autre curiosité, au milieu d’un pré de moutons cette fois. Et Marie-Pierre toujours aussi indisciplinée… Cette fois, le chien a réussi à alerter le gros bouc du troupeau. Nous nous réfugions dans le fort de pierre construit vers l’an 800 avant que la bête ne perde patience. Le site nous offre une vue splendide sur la campagne environnante. Le comté de Kerry est réputé pour sa beauté. C’est la pluie fréquente qui donne cette couleur si éclatante aux prés d’Irlande. Quelques touristes nous rejoignent… Mauvais timing : le chien en profite pour creuser des trous partout et faire un énorme… caca.

On a vandalisé un fort.
Millénaire.
Avec un chien.
Volé.

Juste en face, le fort de Cahergal semble monumental et encore plus ancien. Ça pleut le patrimoine médiéval ici ! Pas question que le chien fasse des ravages dans celui-là aussi. L’odeur prenante du sel nous rappelle vite que la mer n’est jamais bien loin dans ce pays. Nous atteignons bientôt la péninsule. L’air est frais. La mer est calme. L’océan pue (c’est normal). Droit devant, nous apercevons l’île Valentia. C’est un cœur touristique de la région.
Pas le temps de profiter du soleil. Marie-Pierre se roule dans les algues et la bouette. Elle est méconnaissable. C’est l’heure du retour. Nous repassons devant la maison du chien qui, cette fois, nous quitte sans problème… On a « volé temporairement » un chien. Il nous a mis à dos tous les animaux de la campagne. On a « vandalisé » un lieu historique. Puis on a ramené le chien crotté chez lui. …Chou est vraiment content de sa journée ! Nous avons surtout constaté à quel point le patrimoine est partout ici. Intégré au paysage, au quotidien. Le meilleur de l’Irlande, c’est sa campagne. Chou vous dira que c’est aussi ça, voyager. Même si ça implique d’emprunter accidentellement un chien.

PS : Joyeuse Saint-Patrick !