Le ministre Kelley repart encouragé

Le ministre Kelley repart encouragé

Sans dire que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes, Geoffrey Kelley est reparti encouragé par ce qu’il a pu constater durant son séjour à Val-d’Or.

Flanqué du ministre régional Luc Blanchette et du député d’Abitibi-Est Guy Bourgeois, le ministre des Affaires autochtones a fait un saut dans la région, mardi et mercredi, pour évaluer la progression des actions et des initiatives annoncées l’automne dernier par le gouvernement dans le but d’améliorer la qualité de vie des autochtones.

«Je reviens de ma tournée avec plusieurs constats encourageants, a-t-il affirmé. Les engagements gouvernementaux, appuyés vivement par les intervenants locaux, ont permis de consolider et de mettre sur pied des services adaptés aux réalités autochtones afin d’intervenir auprès des plus démunis, a souligné M. Kelley.

«Les nombreuses recommandations et les commentaires constructifs recueillis auprès des principaux intervenants m’aideront à poursuivre le travail en vue d’améliorer les conditions de vie des autochtones, a-t-il ajouté. Plus que jamais, nous sommes convaincus que c’est ensemble que nous y arriverons, soit en travaillant en collaboration avec les chefs et les leaders autochtones, tous les ordres de gouvernement ainsi que les intervenants communautaires.»

Une meilleure préparation

S’il se dit satisfait du travail réalisé depuis l’automne dernier, le ministre Kelley reconnaît qu’il reste encore beaucoup à accomplir.

«Il faut faire de la formation et de la sensibilisation, à moyen et à long terme, comme par exemple accorder une plus grande place à la réalité autochtone dans nos cours d’histoire, a-t-il indiqué. Autre aspect : on doit offrir une meilleure préparation aux différents professionnels appelés à travailler en milieux autochtones.»

«Beaucoup de bons signes»

Cela dit, Geoffrey Kelley tenait à citer les bons coups qui ont été faits depuis l’éclatement de la crise, à la fin d’octobre 2015.

«Les organismes de santé et de services sociaux sont plus disponibles; Chez Willie (nouveau lieu de jour pour itinérants) est maintenant permanent; le maire Corbeil a mis sur pied un comité de travail et fait ratifier la Déclaration de Val-d’Or contre le racisme et la discrimination; les Premières Nations se sont engagées à trouver des solutions; le projet de logements sociaux du Centre d’amitié autochtone suit son cours, a-t-il signifié.

«L’idée n’est pas de camoufler les difficultés, mais ce sont là beaucoup de bons signes et de pas dans la bonne direction. Notre devoir (au gouvernement) est de continuer à stimuler le dialogue afin que les uns aient une meilleure connaissance des autres», a mentionné M. Kelley.

De l’espoir à Lac-Simon

Après des visites au Centre d’amitié autochtone, à l’hôtel de ville de Val-d’Or et à l’inauguration de la maison pour itinérants Chez Willie, le 1 mars, le ministre Kelley s’est rendu à Lac-Simon le lendemain pour s’enquérir de l’état d’âme de cette communauté ébranlée par le récent drame où un jeune policier et un jeune autochtone ont trouvé la mort.

«Les services sociaux ont répondu rapidement et de façon très efficace aux besoins des gens, a-t-il fait valoir. Les gens nous ont parlé des tristes événements, mais aussi de l’espoir de développement à Lac-Simon par la formation et l’éducation. Il y a de belles histoires de réussite, comme le programme de transition vers le Cégep qui a un taux de 100%», a signalé M. Kelley.

Laisser un commentaire