Le vrai changement selon Jonathan Mattson

Le vrai changement selon Jonathan Mattson

Crédit photo : Courtoisie

Selon le candidat du Parti québécois, Jonathan Mattson,après 15 ans de gouvernement et d’isolement libéraux, les citoyens d’Ungava veulent du changement.

Selon lui, il est le seul candidat représentant le véritable changement. Le Parti québécois possède la meilleure plateforme pour les régions, les familles, les ainés, en santé, en environnement, en éducation et en immigration. Sans oublier un cadre financier respectant les directives de la vérificatrice générale sur les états financiers du Québec et vérifié par des experts neutres et indépendants.

« Choisir le Parti québécois, c’est choisir de vivre en région, de travailler en région et de décider en région », dit-il.

Pour Jonathan Mattson, le Parti québécois est le seul parti pouvant faire sortir le Nord-du-Québec de son isolement causé par le règne libéral durant la dernière décennie. « Les mesures sont nombreuses pour les gens d’ici : augmentation du nombre de places en CPE, abolition de la taxe famille, gel du salaire des médecins et plus grande autonomie des infirmières, climatisation des CHSLD, retour en région des services gouvernementaux, rénovation des écoles, protection des budgets en éducation, augmentation du financement des groupes communautaires, sortie du Québec des hydrocarbures, connexion de l’ensemble du Québec à la fibre optique et augmentation de l’immigration en région. Et on pourra aller encore plus loin ! » énumère-t-il.

Et toujours selon M. Mattson, un gouvernement du Parti québécois ne s’arrêtera pas là. « Au cours des quatre prochaines années, nous mettrons à jour les études sur l’indépendance et nous préparerons l’accession du Québec au grand concert des nations. Avec un gouvernement Trudeau qui se moque littéralement des intérêts du Québec et n’hésitant pas à favoriser le développement des autres provinces au détriment du Québec, il est plus que jamais d’actualité de réaliser notre indépendance. La première pierre à poser dans la construction de notre pays passe donc par l’élection du Parti québécois le 1er octobre. Le pays du Québec sera plus fort dans la lutte aux changements climatiques, pourra prendre ses propres décisions en immigration, n’aura plus à “quêter” à Ottawa l’argent nous appartenant, pourra signer ses propres traités internationaux et, surtout, pourra véritablement protéger sa langue et sa culture. »

En terminant, Jonathan Mattson invite les électrices et les électeurs de la circonscription d’Ungava à combattre le cynisme en sortant voter et en appuyant le Parti québécois à la fin de cette élection.