Mine Vezza: l’impossible édifice à construire

La renaissance promise par Entrepreneur minier Promec du projet Vezza, à 25 km au sud de Matagami, deviendra-t-elle la brique définitive d’un édifice dont la construction ne cesse d’être retardée?

Vezza a commencé par faire l’objet d’une étude de faisabilité par Agnico Eagle en 1997. Le projet n’avait toutefois jamais franchi le stade de la production commerciale, à la fois en raison de l’absence d’usine de traitement du minerai à proximité et des pris de l’or relativement bas à cette époque.

Le 20 mai 2010, Agnico Eagle a cédé pour 10 M $ Vezza à North American Palladium (NAP), laquelle s’était déjà retrouvée en possession de la mine Géant Dormant après avoir acquis, un an plus tôt, les actifs de Ressources Cadiscor. Puis, le 22 mars 2013, NAP s’est départie de tous ses actifs aurifères au Québec au profit de Minéraux Maudore, en échange de 18 M $. Cette dernière, par le biais de sa filiale Mines Aurbec, a entrepris sans attendre d’exploiter l’or de Vezza et de Géant Dormant.

Série de tuiles

Le 14 octobre 2013, après un différend relatif à des questions de paiement qui durait depuis quelques mois, Entrepreneur minier Promec, dont une trentaine d’employés s’étaient affairés à Vezza, avait contracté une hypothèque sur les droits et claims de Mines Aurbec relatifs à ce projet. Cette mesure était destinée à lui garantir le solde d’une dette de 4,33 M $, dont le remboursement devait être complété le 31 octobre 2014.

En échange, Entrepreneur minier Promec avait convenu de libérer l’hypothèque légale qu’elle avait contractée contre Aurbec le 15 août 2013, en guise de moyen de pression. L’entreprise valdorienne avait aussi demandé au tribunal de radier la pétition de faillite qu’elle avait déposée contre Aurbec le 27 août suivant.

Cependant, en raison d’un prix de l’or trop bas pour couvrir les coûts d’exploitation de la mine, Aurbec a été contrainte de suspendre les opérations à Vezza à la fin de septembre 2013, après seulement six mois d’opération. Un an plus tard, à cause des mêmes raisons, ce fut au tour de Géant Dormant de cesser ses activités.

Incapable de rencontrer ses obligations financières, Aurbec, une filiale détenue à 100 % par Minéraux Maudore, a déclaré faillite le 7 janvier 2015.

Laisser un commentaire