Pyeongchang, nous y voilà !

Pyeongchang, nous y voilà !

Gabriel Bouchard, chroniqueur à La Sentinelle.

Crédit photo : Gracieuseté

(Cette chronique a été rédigée par Gabriel Bouchard)

Plus que quelques heures avant le début des Jeux olympiques !  Dès la nuit de jeudi à vendredi, quelques-unes des compétitions se mettront en branle du côté de Pyeongchang.  Comme le temps presse entre cette lecture et votre marathon télé pour le suivi des compétitions, je ne m’éterniserai pas sur le dernier volet de mes chroniques en vue des Jeux olympiques d’hiver de 2018.  Analysons les deux équipes qui représenteront le Canada pour le tournoi olympique de hockey.

Place aux femmes !

Avec le retrait des joueurs de la Ligue nationale du tournoi olympique, toute l’attention du public devrait se tourner vers les matchs de hockey féminin… et pour cause ! Même si on ne compte pas autant de nations dominantes chez les femmes que chez les hommes, il reste que le Canada fera à nouveau partie des prétendants à une médaille.  Sans trop être confiant, le tournoi olympique nous indiquera plutôt la couleur de la médaille canadienne, puisque le Canada est dans une classe à part.  En la formation canadienne, vous avez une équipe qui peut facilement aspirer à l’or olympique pour un cinquième tournoi consécutif.  Par ailleurs, la troupe de Laura Schuller sera menée par la capitaine et grande vedette du hockey féminin, Marie-Philip Poulin.  Aurons-nous à nouveau la chance de crier à pleines gorges quand Poulin marquera les buts les plus déterminants de la finale ? Comme la maxime le dit : «Jamais deux sans trois.»

Mais les Canadiennes ne seront pas seules à vouloir repartir avec la médaille d’or à ces jeux.  Leur plus grande rivale ? Les Américaines.  Les deux équipes ne s’apprécient guère et cela se voit sur la glace.  Pas besoin d’avoir un enjeu entre les deux équipes, simplement une rondelle et une surface glacée, et vous aurez droit à un bon match. Vous pourrez d’ailleurs gouter au moins une fois à cette rivalité, puisque les deux équipes se retrouvent dans le même groupe pour la phase préliminaire du tournoi.  Parions que les deux équipes devraient, comme à l’habitude, se retrouver en finale. Espérons que le Canada empêchera les États-Unis de repartir avec une deuxième médaille d’or olympique, une première depuis le début du millénaire.

Pas de LNH, pas de plaisir ?

Est-ce que le fait de ne pas voir les Crosby, Price et McDavid aux jeux va diminuer mon intérêt pour le tournoi masculin de hockey ? Pas du tout ! Au contraire, je suis très curieux de voir à quoi ressembleront les duels entre les différentes nations et les styles de chaque formation.

Pas encore convaincu ? Voici quelque chose qui devrait vous aider.  Le joueur le plus attrayant selon moi : Rasmus Dahlin.  Ce jeune Suédois sera le premier choix du prochain repêchage de la LNH.  Ce n’est pas compliqué : chez les jeunes espoirs disponibles, il y a Dahlin et puis… les autres.  Il est considéré comme l’un des meilleurs défenseurs que la Suède n’ait jamais produit.  Certains disent même qu’il sera meilleur que Nicklas Lidstrom… et j’ai tendance à les croire.  Pour les amateurs du Canadien qui souhaitent l’arrivée d’un bon défenseur gaucher à Montréal, Dahlin saura vous faire rêver de la première à la dernière minute.  Puis, il y a les joueurs de la catégorie «Que sont-ils devenus?»  D’anciennes gloires de la LNH, plusieurs anciennes vedettes de la LHJMQ et autres participeront à ce tournoi.  Si vous êtes un brin nostalgique, ce tournoi est pour vous.

Et après vient la fameuse question : « Est-ce que le Canada a des chances de médailles ? » Tout à fait ! C’est d’ailleurs la beauté du tournoi cette année : c’est que tout le monde aura sa chance de remporter l’or ! Bon, peut-être pas l’équipe de Corée, mais sait-on jamais.  Un podium est possible pour le Canada, mais mon argent irait probablement pour les athlètes olympiques de Russie en ce qui concerne l’obtention de la médaille d’or.

Aux Jeux !  

J’espère que mes chroniques vous auront donné envie de suivre les Jeux de Pyeongchang autant que moi.  D’ailleurs, à compter de la semaine prochaine, nous parlerons des différents aspects que comporte la télédiffusion des Jeux olympiques.

À la semaine prochaine !