55 maisons pour Eeyou Istchee

denis Lord, Initiative de journalisme local
55 maisons pour Eeyou Istchee
Cinq maisons modulaires seront construites dans chacune des communautés d'Eastmain, Némaska, Oujé-Bougoumou, Waskaganish, Waswanipi, Wemindji et Whapmagoostui alors que Chisasibi et Mistissini se diviseront également 20 autres maisons. (Photo : Courtoisie)

55 maisons pour des ainés et des personnes handicapées seront construites dans des communautés d’Eeyou Istchee grâce à une subvention fédérale de 17,4 millions de dollars.

L’annonce en a été faite le 17 mars lors d’une conférence de presse réunissant le ministre responsable de la Société canadienne d’hypothèques et de logement, Ahmed Hussen, le ministre des Services aux Autochtones, Marc Miller, et le grand chef du Grand Conseil des Cris, Abel Bosum.

« La pandémie a augmenté le besoin de logements abordables, a affirmé Ahmed Hussen. Ça n’a pas été facile pour les familles et nous voulions aider. […] Ça va non seulement stimuler l’économie locale, mais aussi créer des emplois bien payés. »

Le chef Bosum a souligné que cet investissement s’ajoute aux efforts du gouvernement cri « pour répondre au besoin critique de plus de 2 000 logements ». M. Bosum a également souligné le caractère humanitaire du fonds d’où proviennent les subsides, l’Initiative pour la création rapide de logements.

Un contracteur de Wemindji

Cinq maisons modulaires seront construites dans chacune des communautés d’Eastmain, Némaska, Oujé-Bougoumou, Waskaganish, Waswanipi, Wemindji et Whapmagoostui alors que Chisasibi et Mistissini se diviseront également 20 autres maisons.
« Conçues pour une personne seule ou un couple, les maisons contiendront une chambre à coucher, un salon, une cuisine et une salle à manger », révèle le directeur général du gouvernement de la nation crie, Bill Namagoose. « Les maisons seront fabriquées dans le sud, le contracteur sera VCC de Wemindji, et les communautés s’occuperont du solage et de la maintenance. »
« Les maisons appartiendront au gouvernement mais seront gérées par les collectivités qui, précise Abel Bosum, détermineront qui les occupera. »

Une surprise bienvenue

Daisy House, la cheffe de Chisasibi, la plus grande communauté d’Eeyou Istchee avec environ 5000 habitants, est très enthousiaste de l’annonce du financement. « Ce n’est pas encore assez, mais je suis contente’, assure-t-elle. […] C’était une surprise très bien bienvenue. »
 » Il y a une crise du logement à Chisasibi. Il y a une liste d’attente de 800 à 1 000 personnes pour du logement », déplore Mme House. « On entend souvent parler d’un problème de logement en Abitibi, mais je ne pense pas que c’est aussi pire qu’ici. »

Le surpeuplement des logements oblige des gens à quitter Chisasibi, selon la cheffe, qui dit avoir le cœur serré de voir des familles avec quatre enfant habiter des appartements d’une pièce.
Le secteur de Chisasibi où seront construites les maisons est déjà déterminé. Elles devraient être montées à l’été ou l’automne prochain; un comité déterminera à qui les attribuer.

Une enquête sur le logement a eu lieu en décembre. « Nous allons compiler l’information pour déterminer ce que nous allons prioriser: maison de démarrage, les maisons pour les familles monoparentales ou autre », explique Mme House.
Parallèlement à ce projet, le Centre de la santé et le Centre de services scolaire construisent des maisons à Chisasibi pour leur personnel, soit plus de 80 unités dans le second cas.

Un programme d’accès à la propriété

Lors de la conférence de presse, Abel Bosum a mentionné que l’investissement fédéral s’ajoutait aux efforts de la stratégie de logements crie pour créer 2 000 logements.

« Cette stratégie en est une d’accès à la propriété privée, explique Bill Namagoose, où le gouvernement cri subventionne l’acheteur pour la différence du prix d’une maison entre Val-d’Or et Eeyou Istchee. »
Cinquante maisons ont jusqu’à maintenant été construites dans le cadre de ce programme ralenti par la pandémie.
Le propriétaire peut éventuellement revendre sa maison, mais pas le lot.
« Nous voulons changer les mentalités […] et stimuler le marché immobilier, dit M. Namagoose. Ça va peut-être prendre 10 ou 20 ans, mais il faut commencer. […] On ne peut pas simplement survivre sur du logement social du gouvernement. »

« Le programme de maisons privées est très populaire, note Daisy House. Elles se vendent avant d’être finies de construire. […] Les nouveaux logements ont un effet d’entrainement. Les enfants font mieux à l’école, ils ont leur propre espace de travail. »

Légende : Cinq maisons modulaires seront construites dans chacune des communautés d’Eastmain, Némaska, Oujé-Bougoumou, Waskaganish, Waswanipi, Wemindji et Whapmagoostui alors que Chisasibi et Mistissini se diviseront également 20 autres maisons.

Partager cet article