Billets d’avion à 500 $ : un maximum de trois aller-retours

Denis Lord - Initiative de journalisme local
Billets d’avion à 500 $ :  un maximum de trois aller-retours
Les signataires du programme d'accès aérien aux régions: Christian Busch, Air Inuit; Mathieu Gingras, Air Liaison; François Bonnardel, ministre des Transports; Sylvain Dicaire, Air Creebec; Julian Roberts, Pascan Aviation et Matthew Happyjack, Air Creebec. (Photo : MTQ)

Après un faux départ en avril, le ministère des Transports du Québec vient de révéler les détails de son programme d’accès aérien aux régions (PAAR).

Ce sont 98 000 billets aller-retour au cout maximal de 500 $ (tout compris) qui seront disponibles dès le 1er juin pour des destinations régionales, parmi lesquelles l’aéroport de Chibougamau-Chapais, seul dans le Nord-du-Québec.

Lors de l’annonce initiale en avril, le ministre des Transports, François Bonnardel, avait dit que tous auraient accès à ces billets avant de changer d’avis et de préciser qu’ils seraient réservés aux Québécois. M. Bonnardel est revenu à sa position de départ: les billets seront accessibles à tous les voyageurs se déplaçant pour des raisons personnelles, sans restriction de citoyenneté. Un maximum de trois aller-retours ou de six allers simples par individu est disponible; advenant une fausse déclaration, le passager devra rembourser les sommes versées par le ministère au transporteur pour la vente de ce billet et sera exclu du programme.

Le point de départ ou d’arrivée devra être Montréal, Québec ou Saint-Hubert.

Une bonne marge de manœuvre

Pour la première année, 98 000 billets à 500 $ sont émis, 50 % de billets de plus que la demande anticipée, selon les chiffres du MTQ.
Ces billets ont été répartis entre les transporteurs ayant signé une convention avec le MTQ, Air Canada, Air Creebec, Air Inuit, Air Liaison, PAL Airlines et Pascan Aviation. Les autres transporteurs peuvent adhérer au programme.

Le nombre de billets attribué sera révisé trimestriellement. « Si les transporteurs nous demandent des billets additionnels, assure le ministre Bonnardel, nous aurons le loisir de retourner travailler avec nos équipes du ministère […] pour bonifier. » Le PAAR est un plan quinquennal, mais le budget est établi pour deux ans: 2022-2023 (38 M$) et 2023-2024 (48 M $). « On se donne deux ans pour voir si la demande va augmenter, si le coefficient de remplissage des avions va augmenter, précise M. Bonnardel, et qu’on puisse voir une certaine concurrence qui va emmener une offre additionnelle, d’autres joueurs […] peut-être. » « C’est un pas important pour l’industrie touristique, pour l’industrie aérienne régionale », assure M. Bonnardel.

Un bel engouement

Lors de la conférence de presse du 31 mai, le président de Pascan Aviation, Julian Roberts, et le directeur financier d’Air Creebec, Sylvain Dicaire, accompagnaient le ministre des Transports. « Nous ne sommes même pas proches de ce qu’on avait [comme ventes de billets] avant la pandémie, rapporte M. Dicaire. On n’a même pas 50 % du volume d’avant; il y a moins de demande, moins de vols. » « Ça va ramener du monde sur les vols, affirme Sylvain Dicaire. On y croie fermement. Nous sommes très, très fiers de faire partie de ce programme. On veut demeurer le transporteur privilégié dans la région. »

Avec l’augmentation vertigineuse du prix du carburant, le PAAR est une aubaine, selon M. Dicaire. Il souhaite que le programme contribue à développer le tourisme en Jamésie et en Abitibi.
Joint le lendemain de la mise en place du programme, le directeur financier a affirmé qu’il suscitait un « bel engouement » sur la plateforme Internet d’Air Creebec. Cependant, en vertu de l’entente signée avec le MTQ, il ne peut révéler ni le nombre de billets vendus ni la quantité réservée à sa compagnie. Le MTQ n’a pas transmis ces données à La Sentinelle.

Air Creebec souhaite que la mesure favorise le tourisme dans Eeyou Istchee Baie-James. Comme alternative à la location de voiture une fois sur place, Tourisme Baie-James pourrait proposer des forfaits incluant le transport, par exemple avec Voyages Eeyou Istchee Baie-James.

Autres programmes

Par ailleurs, le volet 1 du Programme d’accès aérien aux régions remplace le Programme de réduction des tarifs aériens (PRTA) qui défrayait de 30 % à 60 % du prix du billet d’avion de résidents de certaines régions isolées, par exemple Eeyou Istchee et l’Abitibi-Témiscamingue. L’ancien plafond annuel de 3 000 $ pour le remboursement est annulé. Il n’y a plus de montant maximal pour le remboursement, mais les vols nolisés ne sont plus admissibles.
Le Programme de soutien aux aéroports régionaux est maintenu jusqu’au 31 mars 2023, tout comme le Programme d’aide pour le maintien des services aériens régionaux essentiels en période d’urgence sanitaire.

Les signataires du programme d’accès aérien aux régions: Christian Busch, Air Inuit; Mathieu Gingras, Air Liaison; François Bonnardel, ministre des Transports; Sylvain Dicaire, Air Creebec; Julian Roberts, Pascan Aviation et Matthew Happyjack, Air Creebec. (MTQ)

Partager cet article