Chantiers Chibougamau veut créer un quartier de maisons modulaires

René Martel, Initiative de journalisme local
Chantiers Chibougamau veut créer un quartier de maisons modulaires
Le croquis des futurs maisons modulaires que l'on projette d'installer pour les nouveaux employés de Chantiers Chibougamau. (Photo : Courtoisie)

À la dernière séance du conseil de ville de Chibougamau, les conseillers ont autorisé une modification au plan de zonage en donnant son accord pour la création d’une zone résidentielle au bout de la 13e Rue, derrière la rue Saint-Luc afin qu’on puisse y installer des maisons modulaires.

Le projet, qui en est à ses premiers pas et qui fera l’objet d’une consultation publique au mois de juin, vise à modifier une partie de la zone 31P, zone communautaire de récréation, sports et loisirs derrière la rue Saint-Luc, en une zone résidentielle pouvant accueillir des maisons modulaires de type temporaire.

Un projet de plusieurs millions

La Ville de Chibougamau répond à une demande de Chantiers Chibougamau qui veut créer un quartier de maisons modulaires dans ce nouveau développement pour régler un problème de logement qui touche les futurs travailleurs de l’entreprise. Personne ne peut nier qu’il y a un problème de logement et de maison disponible à Chibougamau et cette problématique affecte directement les opérations de Chantiers Chibougamau.

« Nous avons un gros problème de main-d’œuvre pour continuer nos opérations. Nous avons le produit, nous avons les clients et les commandes, mais pas de travailleurs pour produire à la hauteur de la demande », nous confiait Frédéric Verreault directeur exécutif, développement corporatif chez Les Chantiers Chibougamau.

Selon monsieur Verreault, l’entreprise a besoin d’une trentaine de familles pour pérenniser ses opérations. Chantiers Chibougamau aurait pu regarder d’autres options mais elle veut garder ses opérations ici. « Il est hors de question de déménager la production ailleurs. Il serait peut-être plus facile de faire du fly-in fly-out, d’ailleurs certains candidats nous l’ont demandé, mais cette pratique ne fait pas partie des plans de l’entreprise », nous mentionne-t-il.

« Nous voulons que nos futurs employés soient des gens qui vont venir s’établir chez nous et qui vont vivre dans notre communauté avec nous. C’est d’ailleurs pour cette raison que la direction de Chantiers Chibougamau opte pour des maisons modulaires au lieu de bâtir des immeubles à logement. Selon les études et les sondages que nous avons menés, le profil de nos futurs travailleurs est d’avoir leur espace bien à eux, leur maison, leur garage, une cour arrière. L’offre est très limitée à Chibougamau et nous ne voulons pas que ça devienne un frein pour recruter. Aussi, ces futures maisons abriteront des familles qui, il ne faut pas l’oublier, pourront aussi aider à combler des postes disponibles dans d’autres secteurs grâce aux conjoints et conjointes de ces travailleurs qui pourront aussi se trouver de l’emploi et participer à l’économie de la communauté », explique-t-il.

Le plan de l’entreprise est de pouvoir offrir aux nouveaux arrivants une solution pour se loger à des couts abordables dans une maison au gout du jour et de rapidement se sentir chez eux. Le quartier Saint-Luc a été choisi pour sa proximité avec le reste des installations de la ville pour, encore une fois, faciliter l’intégration des nouveaux arrivants.

La première étape est de modifier le zonage. Par la suite, ils devront acquérir le terrain qui appartiendrait au gouvernement du Québec. De plus, si le projet se concrétise, toutes les facilités comme l’eau potable et les égouts devront être aménagés et connectés dans ce secteur au réseau de la ville. Selon M. Verreault, les travaux devront être réalisés assez rapidement. On parle de mois et les investissements sont aussi considérables, plusieurs millions de dollars.

Un long processus

La Ville est régie par la Loi sur les cités et les villes et la Loi sur l’aménagement et l’urbanisme. De par cette loi, elle est dans l’obligation de faire un plan d’urbanisme pour établir les lignes directrices de l’organisation spatiale et physique de son territoire tout en présentant une vision d’ensemble de l’aménagement. Lorsqu’elle veut modifier son plan d’aménagement, la Ville doit suivre un processus bien précis et règlementé. Un avis de motion doit être donné en séance ordinaire du conseil et, dans ce cas-ci, la motion a été donnée le 19 avril dernier.

La deuxième étape est le dépôt d’un premier projet de règlement qui, lui, a été adopté le 17 mai, toujours en séance régulière du conseil municipal. C’est lors de la prochaine étape que la population aura son mot à dire, soit le 21 juin à 19 h 30 à l’hôtel de ville de Chibougamau pour la consultation publique. S’il n’y a pas d’opposition, le règlement sera adopté lors de la séance régulière suivante, soit le même soir.

Partager cet article