Feux de forêt: une troisième saison consécutive sous la moyenne

Par Patrick Rodrigue

Le temps maussade, la faible intensité des orages et, sans doute, le ralentissement des activités industrielles en forêt, range 2015 comme la troisième année consécutive où le nombre de feux de forêt a été sous la moyenne des 10 dernières années en Abitibi-Témiscamingue.

La Société de protection des forêts contre le feu (Sopfeu) n’a eu que 51 incendies à combattre dans le territoire couvert par la base de Val-d’Or, pour des pertes de 173 hectares, soit une moyenne de 3,4 hectares par feu. La moyenne depuis 1995 est plutôt de 134 feux pour une superficie incendiée de 18 497,5 hectares, ce qui représente 138 hectares en moyenne par incendie.

La foudre s’est tenue tranquille

Même si la pluie était fréquemment au rendez-vous, le plus grand nombre d’interventions de la Sopfeu s’est concentré au mois de mai. Les pompiers forestiers ont dû combattre 16 incendies, lesquels ont ravagé 33 hectares de forêts. «La majorité de ces feux étaient liés à du brûlage de nettoiement par des résidents et auraient pu être évités», a mentionné la Sopfeu.

L’été n’a aussi compté que peu d’orages, ce qui a contribué au faible nombre d’incendies de la saison. Au total, seulement 19 incendies ont été allumés par la foudre, dont 8 dans la journée du 27 juin. Le feu le plus important de la saison s’est produit au cours de cette période, alors que 11 hectares ont brûlé dans le secteur de la rivière Nottaway, au nord de Matagami.

Calme dans la zone nordique

Dans la zone de protection nordique de la Baie-James couverte par la Sopfeu de Val-d’Or, là aussi la saison de feux a été nettement sous la moyenne. Les pompiers ont combattu seulement 8 brasiers, pour une superficie affectée de 18 834 hectares, alors que la moyenne des 10 dernières années fait plutôt état de 32 incendies, pour 146 831 hectares de forêts brûlées.

Un seul incendie a nécessité une intervention de la Sopfeu. Celle-ci consistait à protéger la route d’accès à la communauté crie d’Eastmain ainsi qu’à sa ligne électrique et à ses infrastructures.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  Subscribe  
Notify of