Fortress vend son usine de Lebel-sur-Quévillon

Par martin_guindon
Fortress vend son usine de Lebel-sur-Quévillon

Fortress Global Cellulose a annoncé la conclusion d’une entente pour la vente de ses installations de Lebel-sur-Quévillon à l’entreprise Nexolia Bioénergie, qui souhaite y réaliser un projet de cogénération.

Voyez aussi:

La transaction de 15,36 M $, qui doit se conclure d’ici le 8 juillet, comprend les bâtiments, les équipements et les propriétés reliées à l’ancienne scierie et usine de pâte kraft de Domtar, acquise en 2012 par Fortress dans le but d’y produire de la pâte cellulosique. Prometteur, ce projet n’a toutefois jamais pu se concrétiser, en raison de mesures protectionnistes de 23 % imposées par la Chine.

Nexolia Bioénergie entend quant à elle produire de l’énergie thermique et de l’énergie mécanique sur le site, en plus d’y implanter des serres. Fortress détenait un contrat pour la fourniture de 45 mégawatts d’électricité à Hydro-Québec.

Ces projets devraient créer une centaine d’emplois au cours de la prochaine année. Selon Radio-Canada, la reconversion de l’usine devrait nécessiter un investissement de 70 M $. Le projet doit être présenté à la population de Lebel-sur-Quévillon le 11 juillet.

Deux ans de travail

«Après plusieurs mois d’efforts et grâce à la collaboration soutenue des différentes parties prenantes gouvernementales et d’Investissement Québec, nous nous apprêtons à franchir une étape déterminante dans la mise en valeur du site industriel de Lebel?sur?Quévillon. Nous continuerons de travailler en étroite concertation avec les représentants régionaux et la communauté crie pour assurer la valorisation économique de ce site», déclare Vicky Lavoie, présidente?directrice générale de Nexolia Bioénergie, dans un communiqué.

«La transaction d’aujourd’hui est l’aboutissement de deux ans de travail et d’efforts du gouvernement, de Nexolia Bioénergie et de la municipalité. Lebel?sur?Quévillon n’est plus en mode survie, mais est plutôt tournée vers un futur prometteur avec comme fer de lance la diversification», affirme pour sa part le maire Alain Poirier.

L’aide de Québec

Pour réaliser cette transaction, Nexolia Bioénergie bénéficie d’un prêt de 9,825 M $ consenti par le ministère de l’Économie, de la Science et de l’Innovation via Investissement Québec, qui agit comme mandataire dans ce dossier.

«Pour atteindre son objectif de relance économique, notre gouvernement vise à dynamiser la croissance en offrant des conditions propices à l’investissement. L’annonce d’aujourd’hui, qui contribue au développement du Nord-du-Québec, en est un bel exemple», se réjouit le ministre régional Luc Blanchette, dont le gouvernement souhaite par ailleurs améliorer la production de bioénergie de 50 % dans la Politique énergétique 2030 dévoilée en avril.

 

À propos de Nexolia

Fondée en 2011 par Vicky Lavoie, Nexolia est une société privée de valorisation des ressources énergétiques. Elle a pour mission de donner une nouvelle vie à des sites industriels en procédant à leur conversion. Elle a obtenu en février 2015 une contribution financière de 575 000 $ de l’Administration régionale Baie-James, à même le Fonds Eastmain. Nexolia a investi 500 000 $ en février dernier dans la société d’exploration minière Ressources GéoMégA. Cette dernière développe le projet de terres rares et de niobium Montviel, au nord de Lebel-sur-Quévillon.

Partager cet article