La mine de diamants Renard plus riche que prévu

Par Patrick Rodrigue
La mine de diamants Renard plus riche que prévu

Grâce à une hausse de 25 % de ses réserves minérales, la Corporation Diamants Stornoway a ajouté trois ans de durée de vie au projet Renard, lequel doit devenir la première mine de diamants du Québec.

Située à 350 km au nord-est de Matagami, en plein cœur de la Jamésie, la mine a vu passer ses réserves de 17,9 à 22,3 millions de carats. Cela représente 33,4 millions de tonnes de minerai à une teneur moyenne de 67 carats par centaine de tonnes (cpct). De plus, toutes les cheminées de kimberlite, le minerai où l’on retrouve les diamants, demeurent ouvertes en profondeur.

L’augmentation des réserves minérales est particulièrement notable dans les gisements qui seront exploités à ciel ouvert. Les hausses sont respectivement de 107 % pour les carats et de 339 % pour le tonnage en minerai.

Le projet Renard comprend aussi des ressources présumées de l’ordre de 13,4 millions de carats. Ceux-ci sont contenus dans 24,5 millions de tonnes de minerai à 54 cpct.

De 11 à 14 ans

En considérant ces nouvelles données, Stornoway a décidé de faire passer la durée de vie de la mine Renard de 11 à 14 ans.

Le traitement du minerai devrait commencer en septembre 2016 avec l’objectif d’atteindre la production commerciale au plus tard le 31 décembre. La capacité optimale de traitement de 6000 tonnes de minerai par jour (tpj) est prévue pour juin 2017 avec un projet pour la faire passer à 7000 tpj en 2018.

Les opérations minières à ciel ouvert, qui ont débuté en 2015 à la fosse Renard-2/Renard-3, devraient fournir le principal apport en minerai jusqu’en 2018, année où la production souterraine doit débuter.

Le minerai souterrain proviendra exclusivement de la cheminée de kimberlite de Renard-2 de 2018 à 2027, après quoi Renard-3 et Renard-7 fourniront du minerai jusqu’en 2029. En parallèle, Renard-65 devrait approvisionner l’usine de traitement de 2018 à 2029 à partir d’une fosse de 155 mètres de profondeur. Le traitement du minerai à basse teneur de la fosse Renard-2/Renard-3 entreposé à la surface devrait quant à lui permettre de prolonger la durée de vie de la mine jusqu’en 2030.

Partager cet article