Les courses les plus difficiles qu’ils ont connues

Guy Tremblay
Les courses les plus difficiles qu’ils ont connues
Dominic et Francis ont terminé respectivement en 374 e et en 292e position. (Photo : OCR World Championship)

Les 11, 12 et 13 octobre derniers ont eu lieu les Championnats du monde de courses à obstacles où plus de 70 pays étaient représentés. Deux Chibougamois, Francis Bédard et Dominic Larouche, se sont rendus au Royaume-Uni pour y participer.

« Ce ne fut pas de tout repos. C’était clairement les courses les plus difficiles que nous ayons connues jusqu’à présent. Nous entendions dire qu’au Royaume-Uni, il mouille tout le temps. Eh bien, ce n’est pas faux. En effet, au niveau des courses, nous courrions dans la boue pendant 90% de la course et des obstacles vraiment banals qu’on a de la facilité à faire normalement étaient rendus difficiles tellement tout devenait très glissant», souligne Francis Bédard. Les difficultés ont cependant débuté un peu avant, comme il le précise : « Il faut dire qu’avant même de commencer les courses, le premier obstacle rencontré fut de conduire à gauche dans les rues de Londres. Il fallait frôler les véhicules que l’on croisait tellement les rues étaient étroites. »

C’est le vendredi 11 octobre que la course du 3 km a eu lieu. Il s’agit en réalité d’un 4,5 km, avec environ 25 obstacles parmi les plus difficiles de toutes les courses qui existent dans le monde. « Les obstacles ne sont pas de tout repos. Ça devient très épuisant de toujours utiliser nos bras pour soulever notre propre corps. Il y avait des obstacles de tous genres comme : des barreaux à l’horizontale à traverser, des filets, des murs, des cordes, des anneaux à monter et à descendre comme une pyramide, des poutres de bois à traverser en équilibre, des obstacles avec des crochets, des anneaux ou des bâtons de bois dans les mains pour réussir les épreuves. Bref, une panoplie d’obstacles variés que nous n’avions jamais fait auparavant. De plus, c’était évidemment une journée pluvieuse à laquelle nous et environ 1 400 autres coureurs avons dû faire face, » souligne le Chibougamois.

(Plus de détails dans notre version papier.)

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  Subscribe  
Notify of