Paul Penna, le père d’Agnico Eagle et de la mine LaRonde

Par Patrick Rodrigue
Paul Penna, le père d’Agnico Eagle et de la mine LaRonde

Dans ce 6e volet de notre série sur les Abitibiens de coeur ou de souche honorés au Temple de la renommée du secteur minier canadien, nous vous présentons celui qu’on peut considérer, à juste titre, comme le père de la société minière Agnico Eagle.

Si le nom de Paul Penna peut, pour plusieurs personnes, évoquer le principal puits d’accès à la plus profonde mine de l’Amérique du Nord, c’est surtout pour avoir transformé deux sociétés minières en difficulté en multinationale en pleine expansion qu’il s’est distingué.

Intronisé au Temple de la renommée du secteur minier canadien en 1996, M. Penna est né dans le secteur ouest de Toronto en 1922. À l’âge de 21 ans, il entre en contact avec le monde minier en occupant un poste de stagiaire dans une petite maison de courtage. Pendant la décennie suivante, il travaille comme vendeur d’actions, mais celles-ci n’ont alors que peu de valeur, ne dépassant même pas un dollar.

La naissance d’Agnico Eagle

En 1963, Paul Penna relève un défi audacieux en assumant la présidence d’Agnico Mines, un producteur d’argent de Cobalt, en Ontario. La société peine alors à se distinguer. Elle possède moins de 1000 $ en liquidités et son action se vend 0,30 $. Pourtant, 25 ans après l’entrée en poste de M. Penna, Agnico avait produit près de 30 millions d’onces d’argent, construit une usine d’affinage et réinvesti massivement en exploration dans les secteurs de Cobalt et de Gowganda.

En 1972, Agnico Mines fusionne avec Eagle Mines pour donner naissance à Agnico Eagle, dont Paul Penna devient le premier PDG. La transaction permet la mise en valeur du complexe minier de Joutel, qui produira 1,1 million d’onces d’or jusqu’en 1993 à travers trois mines.

De société en péril à géant minier

En 1989, lorsque la chute du prix de l’argent entraîne la fermeture temporaire des exploitations de Cobalt, Agnico Eagle acquiert les actifs de Mines Dumagami, près de Cadillac en Abitibi. La petite société, propriétaire d’une mine d’or à ciel ouvert de faible teneur et dont les réserves étaient limitées, était alors en péril.

Croyant fermement au principe voulant que le meilleur endroit pour découvrir de nouveaux gisements est à proximité d’un gisement existant, M. Penna forme une équipe qui transforme radicalement la mine Dumagami et en relance l’exploitation. En 1992, celle-ci prend le nom de LaRonde. Au fil des années, elle deviendra une mine extrêmement rentable, en plus d’être, à l’heure actuelle, l’exploitation souterraine la plus profonde de l’Amérique du Nord.

Un an plus tard, Agnico Eagle achète Goldex Mines, propriétaire de ce qui était alors considéré comme le plus grand gisement d’or inexploité du Québec. Ce sera le dernier coup d’archet de Paul Penna, qui s’éteint en 1996 des suites d’un cancer des poumons.

Neuf mines d’or dans trois pays

Le sentier tracé par le petit courtier en actions de Toronto ne s’arrête toutefois pas là. En 2000, Agnico Eagle fait l’acquisition du gisement d’or Lapa à Rivière-Héva. Au cours des 10 ans qui suivent, la société démarre les mines Pinos Altos au Mexique et Kittila en Finlande, en plus de mettre en production les gisements Goldex et Lapa.

En 2010, la mine Meadowbank entre en production au Nunavut, suivie par la mine Creston Mascota, exploitation satellite de Pinos Altos. Trois ans plus tard, une troisième mine mexicaine, La India, démarre ses activités. Enfin, en 2014, Agnico Eagle devient copropriétaire, avec Yamana Gold, de la mine Canadian Malartic.

Partager cet article