Un été moins chaud et plus humide dans la région

René Martel
Un été moins chaud et plus humide dans la région
Depuis maintenant 8 mois, les températures sont sous la norme de saison. (Photo : MétéoMédia)

Nous ne rêvons pas. Il fait plus froid et le soleil est beaucoup moins au rendez-vous que par les années passées. Que nous réserves dame Nature cet été après une saison estivale 2018 fantastique? Selon Bertin Ossonon de Météo Média, les températures seront sous la normale, mais la région pourrait éviter le gros des précipitations qui seront, selon lui, plus intenses dans les régions le long du fleuve Saint-Laurent.

Selon les statistiques enregistrées par les experts, c’est depuis maintenant 8 mois que les températures sont sous la norme de saison. Pas étonnant que nous ayons trouvé notre hiver froid cette année. Et selon les prédictions faites par Monsieur Ossonon, le mois de juin sera lui aussi plus frais que la normale.

Mais qu’est ce qui produit ce phénomène et qui nous donne des températures plus froides que la norme ? Bon, on oublie les changements climatiques qui, on le sait, sont évalués sur de très longues périodes. Ce qui nous affecte, selon notre météorologue, est observé du côté de l’océan Pacifique et de l’ouest canadien. Les spécialistes observent depuis quelques mois une masse d’air chaud dans l’ouest du pays, ce qui a pour effet de déplacer les masses d’air froid plus à l’est du pays, donc chez nous. Cette même masse d’air nous amènera encore cet été des températures plus froides que la normale en moyenne. Donc un mois de juin sous la moyenne et en juillet et en aout, une plus grande concentration de chaleur devrait rester sur la côte est des États-Unis, sans toutefois nous atteindre.

Le début de l’été mettra du temps à s’installer, mais « les poussées de chaleur pourront être plus présentes en seconde partie de saison », indique Bertin Ossonon. De plus, pour les amateurs de vacances tardives, l’été pourrait durer jusqu’en septembre. « Depuis 2010, les mois de septembre sont généralement doux et estivaux et cette année risque de suivre cette tendance », explique M. Ossonon.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  Subscribe  
Notify of