Un livre vert pour un meilleur encadrement du secteur minier

Par colin_cote_paulette

La Coalition Pour que le Québec ait meilleure mine, qui rassemble une trentaine d’organismes, a déposé le 15 septembre dernier un mémoire qui vise à «moderniser le régime d’autorisation environnementale de la loi sur la qualité de l’environnement» dans le contexte de la relance du Plan Nord.

La Coalition réclame notamment l’adoption d’un règlement spécifique au secteur minier, l’assujettissement d’un plus grand nombre de projets aux autorisations environnementales, l’augmentation du financement du ministère de l’Environnement, de même que le renforcement des recours juridiques disponibles pour les citoyens et les collectivités touchés.

«Actuellement, l’encadrement environnemental du secteur minier est régi en grande partie à partir de la directive 019. Or, une directive, contrairement à un règlement, n’a pas force de loi. Avec l’accroissement du nombre de projets miniers dans le cadre du plan Nord, il est urgent d’en faire un règlement», indique la coordonnatrice de la Coalition, Dominique Bernier.

L’une des principales recommandations de la Coalition consiste à demander au gouvernement de doter le Québec d’un règlement environnemental pour le secteur minier, comme c’est le cas pour d’autres secteurs industriels dans la Belle province, dont l’agriculture, la forêt et les pâtes et papiers.

«Dans le contexte actuel, le ministère ne vérifie plus que seulement 10 % des autorisations environnementales émises pour s’assurer que les exigences stipulées dans l’octroi des autorisations sont respectées», estime la vice-présidente du Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ), Denise Boileau.

La Coalition veut donc renforcer la capacité du ministère de l’environnement à protéger celui-ci.

Pour que le Québec ait meilleure mine

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  Subscribe  
Notify of