Une équipe de l’Afrique du Sud a formé le personnel

La Sentinelle
Une équipe de l’Afrique du Sud a formé le personnel
Avec son nouveau simulateur, le Centre de formation précise qu'il sera en mesure de former davantage d'élèves. (Photo : Guy Tremblay)

En février dernier, le Centre de formation professionnelle de la Baie-James a reçu l’équipe de formateurs provenant directement d’Afrique du Sud. Ils ont été sur place durant une semaine pour former le personnel du Centre attitré au simulateur. Cette formation a été dispensée aux trois conseillères pédagogiques du CFPBJ, à l’enseignant responsable de l’appareil ainsi qu’au technicien en informatique.

Actuellement, plusieurs tests sont effectués sur le simulateur dans le but de développer du matériel pédagogique destiné aux élèves du Programme extraction de minerai. Les trois cabines, une copie réelle de la machinerie utilisée dans les mines de la région, sont un chargeur-transporteur CAT 2900G, un tombereau articulé CAT AD55B ainsi qu’une boulonneuse Maclean 928.

Retombées

Selon ce que rapporte la CSBJ, des essais ont eu lieu et sont concluants. « Le simulateur offrira un bel environnement d’apprentissage pour les élèves en extraction de minerai. » Le but d’acquérir ces outils de simulation est que l’utilisation de la réalité virtuelle en formation professionnelle permet une meilleure consolidation des acquis. « L’environnement d’apprentissage devient beaucoup plus réaliste. L’élève peut voir, manipuler et ressentir l’utilisation de l’équipement. L’expérience est multisensorielle et l’atteinte des compétences est plus rapide et plus efficace », fait valoir le centre de formation. Le CSBJ ajoute : « De plus, la théorie qui est fournie par l’enseignant est appuyée par une expérience de simulation virtuelle réelle du travail. Donc l’apprentissage respectera davantage les conditions pour une intégration plus sécuritaire au métier de mineur/mineuse d’extraction. Un plus grand nombre d’heures de conduite peut être effectué avant d’opérer de la machinerie sur le terrain, ce qui réduit considérablement les risques d’accidents. »

Par ailleurs, le centre de formation estime qu’il sera en mesure de former davantage d’élèves, « ce qui contribuera de manière positive à combler les besoins de main-d’œuvre dans l’industrie minière ».

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  Subscribe  
Notify of